Logo letter
522cc84611ed5
 

 

UNE HISTOIRE QUI NOUS ANCRE SANS NOUS ENTRAVER.

En 1932 les deux fondateurs, Messieurs POIRIER et LEVIVIER  donnent comme but à la Fondation naissante  « de fournir à la population laborieuse (…)tous les moyens d’aide et d’assistance matérielle, morale et sociale dont elle peut avoir besoin ».

Ce but est connoté par l’époque. Il est cependant déjà recherché puisque les fondateurs font une énumération des objectifs qui prouvent une recherche correspondant à une réflexion déjà élaborée des modes d’accompagnement présents mais aussi tournés vers l’avenir.

La Fondation au cours de ces soixante-quinze années a vu ses actions se transformer tant dans les populations accompagnées que dans les modes d’accompagnement proposés.

Il reste, semble-t-il, peu d’archives des années passées. Mais nous savons que des actions tournées vers l’ensemble des âges, des réflexions internes et probablement des éléments liés à l’environnement ont amené la fondation à se consacrer plus particulièrement à l’accompagnement des personnes âgées.

Nous pouvons dire « accompagner » puisque ce sont les raisons qui ont amené à :

Souhaitez compléter les actions du service des aides au domicile par un service de soins au domicile. La Fondation,le 13 septembre 1981 sera un des premiers premier service, sur Paris, à avoir cette dualité.

 

Ouvrir en 1988 l’appartement d’accueil temporaire de la place des Fêtes qui sera lui aussi une innovation sur Paris au service de l’accompagnement des personnes âgées.

Créer en 1991, en partenariat avec les petits frères des Pauvres, un espace à la Résidence Gautier Wandelen pour permettre une continuité des intervenants dans l’accompagnement pour les personnes plus désorientées.

 

La Fondation a été longtemps considérée comme un lieu de réflexion et d’élaboration dans le cadre du maintien à domicile sur Paris. Quand dans les années 1980, une impulsion est donnée à la création de coordinations gérontologiques, la Fondation est très engagée dans cette aventure et d’ailleurs, si la plupart des coordinations, faute de moyens, disparaissent relativement rapidement, quelques-unes survivront dont celle du 19° arrondissement. Le nom de la coordination gérontologique du 19° arrondissement n’avait pas été choisi au hasard : « union retraite active ». Les personnes âgées étaient partie prenante et actives dans l’aide au maintien au domicile des personnes âgées de l’arrondissement.

La gestion des établissements sociaux à la mode des années 1970 est bien terminée. C’était l’époque où un bon gestionnaire faisait du déficit pour permettre aux financeurs de le combler.

RECHERCHER, INNOVER ET REPONDRE AUX BESOINS, UNE NECESSITE MAIS AUSSI UN DEVOIR.

En quelques années, l’environnement a changé radicalement. Les financements sur l’aide au domicile sont devenus plus restreints et nous voyons la prise de conscience, la réflexion et les exigences des politiques s’affirmer.

Aujourd’hui, pour permettre à la Fondation d’être pérenne et de répondre à l’objet de ses statuts nous devons avoir en permanence à l’esprit que notre but est d’entendre les demandes et d’évaluer les besoins des personnes qui s’adressent à la Maison des Champs pour y répondre rapidement.

 

Ceci s’organise dans une société qui tente de gérer ses tensions :

  • La prise en compte de la personne en tant qu’individu citoyen à part entière et non plus en tant que population,
  • Une économie à croissance faible, qui a donc des moyens restreints pour financer ses exigences sociales, administratives et techniques.
  • Une judiciarisation de la société.
  • Enfin, la nécessité d’une gestion toujours plus rigoureuse.

 

La Fondation n’est pas une société de service à but lucratif. Nous devons faire concorder des valeurs humanistes et des impératifs économiques.

Être dans un positionnement de « service » dans le sens noble du terme pour répondre aux demandes du public qui a ou aura de plus en plus une attitude consommatrice : « je paye, j’ai droit à ». Il faudra être toujours attentif à replacer ceci dans une réflexion plus large d’action sociale.

 

Dans le cadre des réponses à apporter, nous nous devons d’être innovants pour mieux accompagner les personnes, d’une part, mais aussi pour justifier nos financements et facturations, d’autre part. Nous devrons donc être offensifs dans la réflexion, la mise en œuvre et l’affirmation de nos choix.

 

Ceci doit se mettre en œuvre dans une volonté affirmée d’un réel partenariat qui reste à développer. Celui-ci est non seulement source d’enrichissement mais aussi un garde fou qui permet à toute institution ou intervenant social de ne pas être isolé et de glisser dans une relation basée sur la toute puissance

Enfin, il est fondamental que nous nous employions à ce que chacun des acteurs du maintien à domicile retrouve sa place. Ceci se fera par l’élaboration de projets et d’actions communes.

Dans l’élaboration du projet de vie que nous faisons avec la personne, les besoins doivent être assurés, comblés ou remplis par des acteurs différents y compris la personne accompagnée elle-même. Si un intervenant prend la place (ou est mis à la place) de l’autre, cela génère dysfonctionnements et souffrances. Seule une coordination de qualité peut permettre  :

  • D’aider la personne accompagnée à être, dans la mesure de ses possibilités acteur de sa vie.
  • De donner sa juste place à l’aide à domicile dans le cadre de ses attributions.
  • De permettre aux associations qui travaillent à réduire les problèmes de solitude et d’exclusion sociale d’être auprès de la personne pour donner du sens à sa vie ou à ses journées.
  • De redonner leurs lettres de noblesse au travail des médecins et personnels paramédicaux qui seront présents pour exercer leur art et techniques et non plus faire fonction, bien souvent, de placebo pour « soigner » le vide social.

Au-delà de la nécessité sociale et structurelle de répondre aux besoins des personnes accompagnées, le devoir des Fondations et des associations est d’assurer le rôle qui leur est imparti en complémentarité des structures de solidarité nationale. Les réponses institutionnelles de solidarité nationales sont longues à mettre en œuvre. Le rôle du réseau associatif est de trouver rapidement les nouvelles réponses aux problématiques de société qui apparaissent dans le domaine du social, de les expérimenter pour qu’elles puissent être ultérieurement reproduites.

 

La Fondation assurera son rôle dans ce domaine et développera l’action sociale en complément du service d’aide au maintien au domicile par une recherche de fonds faisant appel à la générosité du public et au mécénat d’entreprise pour permettre des actions complémentaires innovantes.

 

DES RESPONSABILITES INDIVIDUELLES AU SEIN DU PROJET COMMUN DE LA FONDATION

Chacun à notre place, nous avons un rôle essentiel dans le projet de la Fondation Maison des Champs d'être auprès des plus fragiles, des plus seuls, des plus pauvres.

 

 

 

524325b2b9a1d